Archives de catégorie : Centre PMS

AFAPMS, Gref : logopèdes, lecture; PNL, AT, Guidance d’adultes et d’équipes enseignantes, réflexions socio-politiques, Tripartition sociale, Enfant magique.

De fautif à excellent

février 2015

Une école excellente…
Et qu’en penserait l’Education nouvelle ?

En lien probable avec celles des soufis, il existe au Canada une École de l’Excellence, une école musulmane trilingue, à Québec, Montcalm, près de la limite du quartier Saint-Sacrement (ça ne s’invente pas !), reconnue par le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec.
Elle offre « une scolarité où l’enseignement de la langue arabe est au coeur de la transmission des traditions et des valeurs musulmanes de dépassement de soi, de soif du savoir, de respect de soi et de son environnement.» « Ancrée dans la culture locale de la ville de Québec, l’enfant y est au centre de nos actions et de notre engagement dans le but de former un citoyen du monde responsable.» « Personnel compétent multiculturel originaire du Québec, du Moyen-orient et d’Afrique.» (http://ecoledelexcellence.ca/eex.php)

Ecole excellente ou élèves excellents ?

La question de l’évaluation des élèves est intimement connectée à celle de l’évaluation du système éducatif. Continuer la lecture

Les Centre Psycho-médico-sociaux et les points.

Quand je suis arrivé dans un centre Psycho-médico-social comme psy à la fin des années 60, régnait une étrange comptabilité de nos activités.  les examens spécialisés des enfants présentant le handicap valaient deux points; les examens individuels comptaient pour un point; les examens d’orientation en fin de sixième primaire ou en quatrième secondaire comptaient pour un demi-point; enfin, les examens collectifs d’orientation des apprentis comptait pour un quart de point. Continuer la lecture

LA LECTURE… AUSSI UNE QUESTION D’ACCÈS ?

Les enseignants sont-ils des éveilleurs ou seulement des équipementiers et des outilleurs ? Apprennent-ils aux enfants à exploiter l’écrit – lire pour écrire, prendre la parole, donc agir sur le monde, ou seulement à être réceptifs, avaleurs et digesteurs de textes écrits par d’autres, dans une soumission passive ? Font-ils de leurs élèves des consommateurs ou des transformateurs-producteurs, capables de dire non, d’avoir un regard critique, de réagir, par exemple en prenant la plume ?

Avertissement : ce texte n’est pas celui d’un pédagogue, l’auteur ne pratique pas l’apprentissage de la lecture. Il regarde, voit ce qui se passe dans les classes, rencontre des enfants en difficulté, écoute les enfants, les enseignants et les parents. Il n’a rien à dire sur comment il faut apprendre à lire aux enfants, ce n’es pas son métier. Ne lui demandez pas de tracer des parallèles entre les niveaux dont il parle, sur le plan métaphorique, et à titre d’hypothèse d’ailleurs, avec une approche pédagogique. C’est aux enseignants à prendre conscience de ce qui se passe dans la tête de leurs enfants lecteurs et de réajuster leur  pratique, en professionnels qu’ils sont. Continuer la lecture

Quelques outils à propos de l’évaluation

I. Vigotsky

Distinguer les fonctions déjà parvenues à maturation et les fonctions qui sont en train de mûrir. Les considérer comme deux couches superposées.
L’enfant marche : OK. Mais en même temps, il est en train d’exercer en « zone proximale de développement » de nouvelles fonctions, comme courir, grimper…
Les nouvelles fonctions en maturation n’apparaissent pas au grand jour, elles sont sous-jacentes.
Comme l’apprentissage de la parole se fait déjà dans le sein maternel, et la lecture bien avant l’entrée en primaires.
Comment repérer cela ?
Mais faut-il le repérer ? ou seulement savoir que ça se passe et ne pas nuire à ce processus, et créer des dispositifs les facilitant (des incitants) ? Continuer la lecture

Apprentissage de la lecture, logopèdes et lecture fonctionnelle

Lettre envoyée le 5 juillet 2002 au Ligueur, Journal de la Ligue des Familles, au nom du GREF (1), suite à un article  paru dans ce Journal au sujet de l’apprentissage de la lecture.

Réponse au Ligueur

1. Qu’il y ait un problème dans les classes au sujet de l’apprentissage de la lecture, nous sommes les premiers, en PMS à nous en apercevoir et à nous en inquiéter.
Il est vrai qu’il y a TROP d’enfants qui pataugent dans l’apprentissage de la lecture. TROP, ce qui ne veut pas dire PLUS QU’AVANT. Aucune recherche sérieuse ne permet de dire qu’il y a plus d’enfants en difficulté d’apprentissage de la lecture maintenant qu’il y a 10 ou 20 ans. Mais il y en a trop et cela nous interpelle.

2. En rejeter la faute sur la méthode de lecture fonctionnelle comme l’ont fait les articles du Ligueur du 29 mai dernier, c’est simplificateur, facile, voire malhonnête. C’est regarder le problème par le petit bout de la lorgnette.
Car la question de la lecture déborde largement celle des méthodes. Continuer la lecture

Trois portes d’entrées

Dans mes animations, j’utilise parfois cet outil pour aider chacun à se centrer sur les processus autant que sur les contenus d’une démarche.

Sur le mode le plus simple, n’importe quelle conduite peut être représentée par ce que la PNL (Programmation neurolinguistique) dénomme l’index de Computation. (Ce mot un peu barbare en français est une traduction littérale d’une expression anglaise) Continuer la lecture

Musique, danse et calligraphie

Geste, signe et co-construction du sens

Le corps est un outil de connaissance. Et la beauté, une forme d’intelligence.

« Concevoir le savoir comme étant à la fois une idée, une façon de la connaître et une façon de la ressentir. » (Brith Mary Barth, vie pédagogique, n° 99, p. 43)

    – tracer la musique, la calligraphier.
    – danser son tracé, sa calligraphie.
    – dessiner, calligraphier sa danse. Continuer la lecture