Archives de catégorie : Réflexions politiques et sociales

De fautif à excellent

février 2015

Une école excellente…
Et qu’en penserait l’Education nouvelle ?

En lien probable avec celles des soufis, il existe au Canada une École de l’Excellence, une école musulmane trilingue, à Québec, Montcalm, près de la limite du quartier Saint-Sacrement (ça ne s’invente pas !), reconnue par le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec.
Elle offre « une scolarité où l’enseignement de la langue arabe est au coeur de la transmission des traditions et des valeurs musulmanes de dépassement de soi, de soif du savoir, de respect de soi et de son environnement.» « Ancrée dans la culture locale de la ville de Québec, l’enfant y est au centre de nos actions et de notre engagement dans le but de former un citoyen du monde responsable.» « Personnel compétent multiculturel originaire du Québec, du Moyen-orient et d’Afrique.» (http://ecoledelexcellence.ca/eex.php)

Ecole excellente ou élèves excellents ?

La question de l’évaluation des élèves est intimement connectée à celle de l’évaluation du système éducatif. Continuer la lecture

Les Centre Psycho-médico-sociaux et les points.

Quand je suis arrivé dans un centre Psycho-médico-social comme psy à la fin des années 60, régnait une étrange comptabilité de nos activités.  les examens spécialisés des enfants présentant le handicap valaient deux points; les examens individuels comptaient pour un point; les examens d’orientation en fin de sixième primaire ou en quatrième secondaire comptaient pour un demi-point; enfin, les examens collectifs d’orientation des apprentis comptait pour un quart de point. Continuer la lecture

Réflexions en creux, à propos de "Relever les défis de l’Education nouvelle"

Livre_du_LIEN_couverture-4-88d83
A la fin de la lecture du livre “Relever les défis de l’Education nouvelle ” du LIEN, 45 parcours d’avenir (Edition Chronique sociale), je suis rempli d’admiration pour ce travail, sa qualité, son originalité et sa diversité : multiples facettes qui, sans se heurter dans des débats stériles ou des positions antagonistes, arrivent à s’enrichir l’une l’autre, chacune apportant un vécu personnel unique, irremplaçable. Cela contribue à créer une sorte de kaléidoscope sonore et coloré.

Des questions sont soulevées, sans réponses, qui résonnent et continueront de susciter la réflexion. Continuer la lecture

Quarante propositions

(Suites aux grèves enseignantes de 196 en Belgique, les agents des Centres PMS de Liège ont élaboré un document avec 40 propositions à destination du Ministre de l’Education.)

Voici une réflexion à propos de ce document (dont hélas, je n’ai pas retrouvé de traces)
22 mars 1996

Utopiques !… Pourvu qu’elles le restent *, qu’elles restent à l’état de proposition, ne devenant surtout pas des dictats, des impositions…

L’école obligatoire l’est devenue parce que les classes dirigeantes – surtout les patrons – souhaitaient avoir affaire à des adultes – des travailleurs – « civilisés » au sens éthologiques du terme, emplis de civilités, capable de bien se tenir dans la société, nous dirions aujourd’hui des « citoyens ». Continuer la lecture

Choisir, repérer, noter, sélectionner ?

« Former et sélectionner dans un même lieu c’est empêcher d’instruire et apprendre.
Libérons l’école et la société de ce brouillage, de ce tri, de la sélection ». C’est une conviction que je partage avec l’Education nouvelle.

Mais il y a une différence entre repérer et sélectionner. Repérer les qualités, les ressources : rien à voir avec sélectionner ?

• « Choisir le meilleur candidat » n’est en rien contradictoire avec notre conviction du « tous capables ».
• Ce que j’appelle le repérage des compétences n’a rien à voir avec la sélection des compétence, même si les deux concepts semblent proches et sont très souvent confondus. Continuer la lecture

Dix propositions pour S’ORIENTER dans un système désorienté

 Voici le père de famille tiraillé entre deux visions.
D’une part, comme il veut le meilleur pour son fils, il souhaite un enseignement actif, concret, inductif, intuitif, créatif, ouvert sur l’art et le sport, un vrai enseignement alternatif.
D’autre part, comme il veut que son fils ait toutes les chances d’un choix d’orientation le plus large possible, il lui faut choisir la filière la plus générale et abstraite qui soit, là où c’est le plus dur, bref la plus « élitiste », la plus compétitive, au risque de voir s’étioler toute sa richesse créative, se rétrécir l’éventail de ses « intelligences multiples » et… se refermer son sens de l’entraide et de la solidarité… Cruel dilemme !

Continuer la lecture

VIVRE EN MARGE…, vivre dans la marge ?

A l’heure où la vie sociale s’organise de plus en plus sur la base des connaissances acquises et des savoirs de chacun, il devient urgent qu’une identité en termes de compétences soit reconnue à tous. Continuer la lecture