Archives de catégorie : Le PMS et l’accès à la lecture

Table ronde Lecture-Ecriture : réponses à 4 questions

TABLE RONDE ABLF Huy – nov 2002

QUESTION 1

1. Lorsque l’ABLF a été créée, dans les années 70, on pouvait imaginer fonder une association qui ne porte – comme son nom l’indique – que sur le seul apprentissage de la LECTURE. Les perspectives actuelles s’orientent vers la prise en considération de ce qu’on appelle la « littératie », englobant dans un même concept tout le rapport à l’écrit, celui du lecteur comme du scripteur. Est-ce une révolution ?

Lecture et écriture ?
Point de vue de Michel Simonis

Que les enfants et les ados lisent, cela ne pose aucun problème ni aux écoles, ni aux enseignants, ni à la société. Que les enfants et les ados écrivent, c’est plus problématique : où va-t-on si chacun se met à écrire, n’est plus seulement écriveur (voire piètre écriveur) mais « écrivain » ? Si chacun se met à prendre la plume, donc à prendre la parole par écrit, que va-t-on faire de tous ces écrits ? C’est la porte ouverte à toutes les protestations, à toutes les divergences… Continuer la lecture

lire, écrire, quelle aventure !

le Centre PMS et l’apprentissage de la lecture

COLLAGE AUTOUR DE LA LECTURE

Dossier rassemblé par Michel Simonis, , suite aux travaux du GREF* et de la CEF** à la FCPL***

**Groupe Réforme Enseignement Fondamental (PMS), ** Commission Enseignement Fondamental, *** Fédération des Centres PMS Libres.

 FCPL – avril 2003

« Les enfants peuvent facilement apprendre à lire écrire. Ce sont les adultes qui ont compliqué ce processus. »
(Emilia Ferreiro)
Continuer la lecture

Les Centres PMS et l’accès à la lecture

Exposé à la Commission de l’Enseignement fondamental (FCPL) en 2002

Parler de la lecture dans le contexte des résultats du PISA (OCDE) n’est peut-être pas le plus approprié, à moins d’être pris comme « prétexte », une occasion opportune de se pencher sur le problème de l’apprentissage de la lecture.

A l’occasion de l’enquête de l’OCDE, le Serdep (Enseignement libre) interpelle les centres PMS au sujet de « l’apprentissage de la lecture ». Elargissons d’abord le concept d’apprentissage : lire, ça s’apprend au moins jusqu’à 18 ans… Il conviendrait d’ailleurs d’utiliser un autre terme qu’apprentissage, vu l’ambiguïté, et parler, par exemple de « développement de ses capacités en lecture ».

Il me semble que les centres PMS sont davantage concerné par l’inadéquation de l’école à rencontrer les potentialités diversifiées des enfants dans l’apprentissage de la lecture et par la création d’un contexte (d’une ambiance) suscitant l’envie de lire. Continuer la lecture

LA LECTURE… AUSSI UNE QUESTION D’ACCÈS ?

Les enseignants sont-ils des éveilleurs ou seulement des équipementiers et des outilleurs ? Apprennent-ils aux enfants à exploiter l’écrit – lire pour écrire, prendre la parole, donc agir sur le monde, ou seulement à être réceptifs, avaleurs et digesteurs de textes écrits par d’autres, dans une soumission passive ? Font-ils de leurs élèves des consommateurs ou des transformateurs-producteurs, capables de dire non, d’avoir un regard critique, de réagir, par exemple en prenant la plume ?

Avertissement : ce texte n’est pas celui d’un pédagogue, l’auteur ne pratique pas l’apprentissage de la lecture. Il regarde, voit ce qui se passe dans les classes, rencontre des enfants en difficulté, écoute les enfants, les enseignants et les parents. Il n’a rien à dire sur comment il faut apprendre à lire aux enfants, ce n’es pas son métier. Ne lui demandez pas de tracer des parallèles entre les niveaux dont il parle, sur le plan métaphorique, et à titre d’hypothèse d’ailleurs, avec une approche pédagogique. C’est aux enseignants à prendre conscience de ce qui se passe dans la tête de leurs enfants lecteurs et de réajuster leur  pratique, en professionnels qu’ils sont. Continuer la lecture

Apprentissage de la lecture, logopèdes et lecture fonctionnelle

Lettre envoyée le 5 juillet 2002 au Ligueur, Journal de la Ligue des Familles, au nom du GREF (1), suite à un article  paru dans ce Journal au sujet de l’apprentissage de la lecture.

Réponse au Ligueur

1. Qu’il y ait un problème dans les classes au sujet de l’apprentissage de la lecture, nous sommes les premiers, en PMS à nous en apercevoir et à nous en inquiéter.
Il est vrai qu’il y a TROP d’enfants qui pataugent dans l’apprentissage de la lecture. TROP, ce qui ne veut pas dire PLUS QU’AVANT. Aucune recherche sérieuse ne permet de dire qu’il y a plus d’enfants en difficulté d’apprentissage de la lecture maintenant qu’il y a 10 ou 20 ans. Mais il y en a trop et cela nous interpelle.

2. En rejeter la faute sur la méthode de lecture fonctionnelle comme l’ont fait les articles du Ligueur du 29 mai dernier, c’est simplificateur, facile, voire malhonnête. C’est regarder le problème par le petit bout de la lorgnette.
Car la question de la lecture déborde largement celle des méthodes. Continuer la lecture