Servez-vous des schémas heuristiques

La langue écrite est par excellence linéaire : on ne peut intégrer le sens de ce qui est écrit que mot par mot et ligne par ligne de manière séquentielle. Voilà donc une activité qui paraît typiquement « cerveau gauche » !..
Bien que nous ayons appris à lire ainsi, en fait, rien n’est moins sûr. Et les méthodes de lecture rapide viennent largement contredire cette assertion.
Mais, n’est-ce pas aussi de manière linéaire qu’on vous a appris à prendre des notes à l’école ? Et si vous avez suivi un stage de formation à l’expression orale, il y a fort à parier qu’on ne vous a rien proposé d’autre, pour vous éviter la panne sèche en public, que des papiers « pense-bêtes », linéaires eux aussi.
Or, vous savez que le cerveau prend l’information de manières multiples qui dépendent des programmes que nous avons assimilés. Il le fait aussi bien simultanément que de manière séquentielle. Pourquoi ne pas profiter de tout le potentiel de notre organe mental ?

• Qu’est-ce qu’un schéma heuristique ?

Le mot (on peut aussi écrire euristique : qui concerne la découverte des faits, science des techniques et des méthodes d’invention) vient de la racine grècque « Eurékâ » (j’ai trouvé) : « qui sert à la découverte ».
Plutôt que de remplir la page en commençant par le haut et en écrivant, ligne par ligne, de gauche à droite, commencez par placer le thème central au centre de la feuille. Accrochez-lui, de proche en proche, les mots-clés qui tournent autour de celui-ci. Vous aurez ainsi un schéma synoptique qui peut s’appréhender dans tous les sens, à votre gré. Vous n’ êtes sans doute pas convaincu, a priori, de changer une pratique aussi ancienne que votre âge. Aussi, je vous propose de vous livrer au petit exercice qui suit. Mais laissez-moi vous donner auparavant une définition et quelques règles élémentaires.

Un schéma heuristique est un schéma structuré comme un flocon de neige, dont les ramures rayonnantes, rattachées au thème central, sont constituées de mots-clés reliés entre eux.

•  Les règles du schéma heuristique

1. Le thème central peut être un mot-clé ou un dessin.
2. Les mots les plus importants sont les plus près du thème central, les moins importants sont les plus éloignés.
3. Les mots reliés directement entre eux sont en association étroite et évidente pour vous.
4. Tous les mots-clés résument une idée. Ils doivent être écrits très lisiblement (en minuscules bâton, de préférence). Le temps perdu pour écrire de la sorte est largement récupéré lors de la relecture.
5. Les mots sont écrits sur des lignes reliées entre elles.
6. Vous pouvez ajouter des dessins, mettre des dessins à la place des mots-clés, introduire des flèches, une liaison avec une ramure d’une autre branche, de la couleur, etc.

Lorsque vous préparez un tel schéma, pour la classe, une réunion de parents, un discours public ou pour animer un stage de formation, ne freinez pas votre créativité. Développez le schéma au fur et à mesure que les idées vous viennent et où qu’elles viennent. Votre cerveau passera certainement d’une branche à l’ autre. Peut-être reviendra-t-il ajouter une ramure suplémentaire. Suivez-le aussitôt dans cette démarche.

Pour aller plus loin, voir
• l’excellent ouvrage de Tony BUZAN : Une tête bien faite, Éditions d’Organisation, l 99l  et,
• du même, Dessines-moi l’intelligence, même éditeur, 1995 (dont est tiré l’exemple ci-dessous),
• Brigitte TRANKIEM, Stress, attention, action, Nathan pédagogie, 1995 (dont est tiré le schéma ci-dessous).
• Et l’incontournable Deux cerveaux pour apprendre, de Linda Williams, les Ed. d’Organisation, 1986, réédité en Poche. (dont est repris d’exemple de schéma ci-dessous)

Une autre façon de le dire…

Cartographie mentale

« Cartographier, c’est créer une représentation visuelle des idées clés du texte. »
Cartographier (…) permet de représenter les informations dans une autre forme que les mots. Parce que la cartographie reproduit la manière dont le cerveau pense – spatialement, non-séquentiellement, au hasard et en embranchements – cela devient un excellent moyen d’envoyer les informations dans la mémoire à long terme.
La Cartographie mentale peut être utilisée pour résumer l’information, parce qu’elle organise les pensées d’une manière toute spéciale et succinte. Elle est aussi un excellent moyen pour stimuler le flux créatif d’idées, un véhicule pour le brainstorming de nouvelles idées.
Cartographier est une technique particulièrement efficace d’activation parce qu’elle vous aide à sonder les profondeurs de l’esprit. »

(Learning Strategies Corporation)
in cours de PhotoReading :  Playbook, p. 38 à 40,
« La cartographie mentale » article de Barbara Lau.

deux_cerveaux_l_williams_revu M. Simonis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.