Jardiniers de la pensée

 

Sachez LIBERER LA PAROLE ET L’ECRITURE 

Dire, se dire, écrire, s’écrire…

Prendre la parole (car elle vous appartient), et ne pas attendre qu’on vous la donne, ni croire qu’elle vous sera magiquement

donnée.

Ecrire pour dire ce que l’on pense. Communiquer, partager,

argumenter.

Ecrire (et parler) pour proposer, inviter, protester, créer des liens, rassembler, se solidariser, concrétiser un projet, conclure.

Qui ne rêve de voir des enfants qui parlent et écrivent,

formulent (mettent en forme) leurs expériences, leurs émotions et structurent leur pensée et leurs arguments, se créent des convictions en s’affrontant dans des débats… Mais pour cela, ils ont besoin d’adultes à l’aise avec la parole et l’écrit.

Ecrire pour raconter, écrire un poème ou un conte, pour traduire ce qu’on ressent ou ce qu’on pense, écrire pour se connaître, se tirer soi-même au clair, préciser (et toujours repréciser) sa pensée, toujours en croissance quasi végétale.

(Re)découvrir le plaisir de communiquer, le plaisir des mots, le plaisir de se reconnaître dans les mots de l’autre, comme dans un jeu de miroirs.

Construire ensemble un projet, lui donner forme et respecter les

lois de sa germination, s’accorder sur les moyens de sa mise en oeuvre, utiliser les divergences et les objections pour améliorer une décision collective ou la réajuster.

Et faire ainsi que les mots, dits ou écrits, puissent prendre tout leur sens et tout leur pouvoir.

Michel Simonis 

Suggestions pour une formation en école

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.